AccueilQUI SOMMES-NOUS ?Témoignages
100-100

Livre d'or

de Maxime G 25/04/2017
Une magnifique expérience en Suède grâce au Club TELI !
 
Mon premier mail auprès d'un parc naturel m'aura permis de passer 3 semaines fantastiques.
 
Au milieu de la nature, j'ai entretenu l'hôtel le plus primitif de Suède.
Accueil des hôtes, préparations du feu pour les repas, entretien et préparation du sauna flottant sur le lac, accompagner les excursions castors et élans... 
 
Une expérience géniale, me permettant en plus de pratiquer mon Anglais et de découvrir la culture nordique.
 
Un grand merci aux plans du Club Teli :)
 
Je retente ma chance en Australie cette fois !
 
Maxime G (Brest)
 
 
 

 
de Helene 20/03/2017
Voici mon témoignage de mon expérience grâce au Club Teli.
 
En Avril je me suis inscrite pour travailler pour la saison à l'étranger pour la saison été 2016. Grâce au chat sur le club teli j'ai eu toute une liste d'employeurs en Grèce et Chypre. J'ai également répondu à une annonce pour travaller sur une île Grecque.
 
Stéphanie m'a répondue positivement, responsable française d'un camping avec son compagnon à Sifnos. Petite île des Cyclades. Je suis partie quelques jours avant de commencer à travailler pour prendre mes marques. Stephanie et Makis m'ont vraiment aidée à m'adapter au camping et à cette petite île paradisiaque.
 
Beaucoup de choses à dire mais ce fut une super expérience. J'y ai rencontré des clients formidables et des conditions de travail très agréable
 
Je remercie toute l'équipe Teli pour leur travail et leur aide très précieuse.
 
Hélène
 
 
 
de Marine 15/02/2017
Stages aux USA : mes 3 mois incroyables à New York
 
 
C'était en février 2016, je devais chercher un stage de trois mois à l'international pour mes études, et les Etats-Unis, bien qu'étant mon rêve, me paraissaient inaccessibles.
 
Et puis je me suis souvenue du club Teli, dont on m'avait parlé un an auparavant! Ni une ni deux, j'étais inscrite et je postulais à une offre plus qu'idéale!
 
Trois mois à New-York dans un showroom de mode haut de gamme qui importe des vêtements enfants d'Europe. Deux jours plus tard, réponse positive pour un entretien sur Skype une semaine après. L'entretien se déroule bien, et trois jours après, alors que je suis dans le train, arrive le mail de confirmation: je suis prise!!!
 
S'ensuit les démarches pour obtenir le visa, et mi-juillet, le grand départ pour mon rêve.
 
 
 
 
 
J'ai passé trois mois et demi incroyables, à combiner tourisme et travail, à m'immiscer dans la vie New-Yorkaise. Faire mes footings à Central Park, aller faire mes courses chez Trader Joe's, vivre à Harlem, visiter Brooklyn avec des locaux, faire du baby-sitting pour un couple d'américains adorables...
 
Tout ce que je peux dire, c'est que ça m'a donné la bougeotte, et que je n'attends qu'une chose, finir mon cursus universitaire pour repartir (et ce sera sans hésitations avec le Club Teli!!)
 
Merci à toute l'équipe pour le travail qu'ils fournissent pour nous proposer toutes ces offres qui nous permettent de voir le monde!!
 
Marine
 
 
 mon stage à New York Club TELI
 
de Emilie 13/02/2017
J'ai la chance malgré mes études, d'avoir une disponibilité de 4 mois pendant les vacances d'été de mai à septembre. Après avoir passé 2 ans à travailler pendant cette période (de peur de manquer de fonds) et devant la forte réticence de mes amis à voyager, j'ai décidé de tenter l'expérience seule en tant qu'au pair.
 
 
 
 
Je n'avais alors pas de destination particulière en tête, ma seule volonté étant d'améliorer mon anglais, je m’étais quand même centrée sur les pays anglophones.
 
Et en décembre, soit 4 mois avant le départ, une famille parmi les quelques unes avec qui j'étais alors en contact m'a confirmé que j'étais leur choix définitif. Je me suis donc envoleée fin avril pour Vancouver; soit à 15 heures d'avion et 9 heures de décalage horaires de ma famille et mes amis restés en France.
 
Mon anglais était extrêmement basique à l'arrivée mais après quelques semaines ma compréhension était presque parfaite et il m'a fallu attendre environ 1 moi et demi pour m'exprimer vraiment comme je le souhaitais.
 
En définitive ces 4 mois on été extrêmement courts et les liens que j'ai tissé avec la famille qui m'accueillait restent présents car nous sommes toujours en contact après presque 6 mois.
 
J'ai été leur première fille au pair et ils sont désormais dans l'attente de la troisième.
 
 
 
 
 
Emilie 
de Florence 07/01/2017
Bonjour,
 
Ci-après le témoignage d'un de mes séjours trouvés grâce à votre club (et trois photos ci-jointes) :
 
"Afin de me remettre dans le bain avant un examen d'anglais à l'oral, en août, j'ai voulu faire un petit temps d'immersion à l'étranger pendant mes vacances. C'est tout naturellement que je me suis tournée vers le Club Téli grâce à qui j'avais déjà passé deux excellents séjours en Irlande quelques années auparavant.
 
Cette fois-ci c'est en Suède que j'ai tenté l'aventure. J'ai travaillé dans un éco-lodge (sans eau ni électricité) paumé en pleine nature (tout ce que j'adore), avec pour seul environnement la forêt et un très beau lac. Mon travail était d’accueillir les clients, leur présenter le campement, préparer leurs huttes et faire en sorte qu'ils ne manquent de rien. Lorsque tout était prêt nous avions un peu de temps libre pour nous ressourcer dans ce lieu tranquille.
 
L'ambiance était magique, notamment lorsque les brumes se dégageaient au-dessus du lac au lever du soleil...
Il nous fallait couper notre bois pour faire un feu pour chauffer notre nourriture. Des bougies permettaient d'éclairer les huttes en bois qui servaient de logement. Nous allions chercher l'eau dans une source dans la forêt. Bref, la nature au quotidien !
 
J'ai eu la chance aussi de participer à un stage de survie organisé par le gérant pour des clients du lodge.
 
C'était des vacances à travailler et pourtant, grâce à cet environnement calme et naturel, je ne me suis jamais sentie aussi reposée !
Aujourd'hui j'ai de nouveaux projets à l'étranger et ma première action est d'utiliser les services du Club Téli !
 
Je remercie cette association pour les nombreuses opportunités qu'elle propose..."
 
Florence
 
 
 
 
de Pierre bellan 22/11/2016
Je remercie le club TELI, grâce à qui j'ai vécu une excellente expérience au début de l'année 2015.
 
J'ai postulé à une offre de bénévolat en Guyane Française, et je suis parti un peu à l’aventure en pensant faire du bénévolat pour commencer et partir faire le tour de l'Amérique su Sud.
 
Finalement l'association avec laquelle je suis entrée en contact , était en cours d'obtention de l'agrément pour recevoir des services civiques. J'ai donc signé un contrat de service civique. Je vous cache pas que le temps de mise en place, de trouver un logement ( vie chère en Guyane), de prendre ses repères, a été conséquent. Mais à la clef j'ai passé 8 mois intéressant , :
 
J'ai obtenu une émission radio à moi tout seul!!,j'ai fait un passage à la télévision, organisé des concerts, fait de l'animation auprès d'enfants, et bien sur je me suis enfoncé dans la jungle Amazonienne... Bref pleins de souvenirs, pleins de rencontres..
 
J'ai repris des études depuis que j'ai réussi, donc je me tourne encore vers le club TELI, pour profiter des bon plans et bonnes adresses...
 
Pierre 
de Adeline 03/10/2016
Bonjour,
 
Petit message pour vous dire que j'ai trouvé ma famille d'accueil pour mon séjour au pair grâce à vos conseils.
 
Je suis arrivée il y a peu sur Londres et pour le moment cela se passe très bien.  
 
J'ai trouvé vraiment très rapidement et les gens sont très disponibles pour répondre à mes questions.  
Je reste donc 6 mois sur Londres pour améliorer mon anglais.  
 
 
 
Encore merci pour vos conseils et votre disponibilité.
 
Je ne manquerais de parler de l'association dans mon réseau.  
 
Cordialement,
 
Adeline 
de Sophie Roux 30/09/2016
Grâce au Club Teli et à leur incroyable base de données, j’ai pu envoyer de nombreux mails à différentes entreprises.
 
J’ai ensuite été prise dans un centre de plongée au Vietnam pour faire un stage de trois mois dans le marketing et l’événementiel.
J'ai travaillé notamment sur un projet qui me tenait à coeur : la protection des requins et la lutte contre la découpe de leurs ailerons.
 
Je n’ai pas eu de compensation financière mais le centre m’offrait une journée par semaine sur le bateau pour valider ma formation de plongée. Tout s'est très bien passé.
 
Je remercie vraiment toute l’équipe du Club Teli pour nous permettre, nous étudiants sans piston, de pouvoir vivre des aventures comme celle là. Je vous remercie également de nous permettre l’accès à cette base de données à un coût très raisonnable. Vous avez tout compris sur les étudiants.
 
A coup sûr, je repasserai par vous pour de nouveaux jobs.
 
Merci !
 
Sophie ROUX
de Amandine BERARD 27/09/2016
Bonjour à tous, 
 
Après un séjour de deux mois en Angleterre, j'ai décidé de partager en quelques lignes cette fantastique aventure !
 
Je suis partie à Londres, en "trip" solitaire de fin juin à début septembre. Je cherchais désespérément depuis le début de l'année par quel moyen j'allais enfin pouvoir partir à l'étranger pour améliorer mon anglais et voyager seule pour la première fois... M'est donc venue l'idée d'être fille au pair.
 
C'est sur le Club TELI que l'on m'a conseillé. Cependant prenez un maximum de précaution lorsque vous convenez quelque chose avec une famille, car il n'y a pas de réel contrat. Je n'ai pas eu de problèmes particuliers avec ma famille d’accueil en ce qui me concerne, mais j'ai rencontré d'autres jeunes là bas qui se sont fait "exploiter" (travail le soir ou le week end de façon régulière, garde d'enfants qui ne font pas partie de la famille, etc. Ces choses là n'ont pas lieu d'être). Mais pour ma part tout s'est très bien passé !
 
 
 
 
J'ai vécu avec cette famille pendant un mois. C'est vraiment super si vous partez à l'étranger seul pour la première fois, en effet si votre niveau d'anglais n'est pas extraordinaire, vous avez le temps de l'améliorer avec la famille qui sera, normalement, très compréhensive. C'est un réel échange de culture que d'être au pair. De plus, vous avez la garantie d'un foyer et d'autres avantages : carte de transport, carte SIM anglaise, et même un petit salaire ! Du coup, mes week-end se résumaient majoritairement à la découverte de la ville de Londres. Être au pair est tout de même très enrichissant, car c'est une véritable immersion dans le pays étranger. Cependant, un mois m'a suffit amplement (je dois avouer que pour ma part la routine s'est rapidement faite ressentir...).
 
Lors de mes deux dernières semaines avec la famille, je n'avais pas du tout envie de rentrer en France ! Alors j'ai recherché un job pour le mois d'août. J'ai laissé bon nombre de CV en faisant du "porte à porte" dans divers restaurants, pâtisseries... mais rien ne portait ses fruits. J'ai donc parcouru les petites annonces du moment sur le Club TELI et j'ai miraculeusement trouvé une annonce dans un restaurant hors du commun à South Kensington ! Après une première entrevue et un essai (le soir même) j'ai décroché un job là bas en tant que commis de service et serveuse. Pour le logement, j'ai trouvé une chambre à louer chez un particulier ("vivre chez l'habitant" en quelque sorte). 
 
 
 
Cette double expérience à Londres a donc été plus que bénéfique pour moi. J'ai été très surprise par l'abondance de nationalités dans cette capitale, c'est une ville très cosmopolite. A chaque fois que j'ai rencontré une personne, elle était de nationalité différente. C'est très enrichissant, d'une part pour la touche exotique et culturelle, et d'autre part cela apprend à comprendre différents accents anglais. J'ai évidemment rencontré beaucoup de français... Ils sont partout ! :-) 
J'ai noué des amitiés exceptionnelles, celle que l'on n'oublie jamais. D'ailleurs les amitiés se lient très vite à l'étranger, car vous rencontrez des gens qui sont sur la "même longueur d'onde" que vous ; c'est-à-dire voyager et rencontrer de nouvelles personnes. Londres est une ville incroyable qui offre beaucoup de choses à découvrir, et pour une première expérience solitaire je vous conseille vivement d'aller y faire un tour. Cela apprend énormément l'autonomie et la "débrouillardise". 
 
 
 
 
 
N'ayez pas peur, foncez ! 
 
En espérant que ce témoignage puisse favoriser d'autres globe-trotters, je vous souhaite tout le meilleur dans vos aventures et vos voyages. 
 
Surtout, je tiens à remercier de tout cœur le Club TELI sans qui je n'aurai surement pas pu partir cet été ! Merci de vos actions, merci de nous aider à découvrir le monde ! Emoji
 
A bientôt ! 
 
Amandine 
de Celine Paturel 20/09/2016

Bonjour, 


Grâce au Club TELI, j'ai trouvé en mars 2012 une mission dans un hôtel au Chili. Mon projet initial était de rester 6 mois pour apprendre a bien maîtriser la langue puis parcourir l'Amérique du Sud.

 
Mais la vie est faite de plein d'imprévu et de rencontre puisqu'au cours de mon séjour j'ai rencontré celui qui est aujourd'hui mon mari et cela fait plus de 4 ans que je vis à Santiago du Chili. 


http://chilidurable.blogspot.cl 

de Annick 09/09/2016

Mon job d’été en Alaska, seule avec les ours...


Quand je me suis abonnée au Club Teli en 1998, j’ai réalisé que travailler dans un pays étranger était l’unique façon d’en connaître la culture profonde, loin du folklore touristique. L’idée selon laquelle il était possible de vivre cette expérience partout s’est également imposée à moi. C’est ainsi qu’au cours de l’année 1999, je fis des démarches auprès de sociétés américaines conditionnant du saumon en Alaska (voir liste dans l'espace membres), où j’ai eu l’occasion de partir travailler 4 mois dans les conditions qui vont suivre.


Sachez d’abord qu’il faut postuler dès janvier pour pouvoir partir entre mi-juin et début juillet.

 
 
 

La saison se termine aux alentours du 15 octobre (à croire que les saumons se basent sur les dates de vacances des étudiants Français !). Afin de pouvoir travailler aux USA, il faut obtenir un visa J-1. Ce visa n’est ouvert qu’aux personnes de plus de 18 ans et qui sont inscrites dans un établissement d’enseignement supérieur français (les étrangers faisant leurs études en France doivent avoir une carte de séjour française). L’obtention du visa J-1 se fait par l’intermédiaire d’organismes payants et il faut compter environ 800 euros pour couvrir les frais. Le billet d’avion France/Seattle est à la charge du travailleur (il faut se rendre à Seattle car c’est là que sont implantées les sociétés de pêche et de conditionnement du poisson en Alaska). Il faut donc compter, outre les frais de l’intermédiaire, le coût du visa (environ 100 euros) ainsi que le voyage (1 000 à 1 200 euros aller/retour avec Air France en billet open). La somme paraît conséquente, mais le salaire l’étant aussi, vous serez largement remboursé. Il est obligatoire de se rendre à Seattle pour y être enregistré au bureau, signé le contrat et obtenir le numéro de sécurité sociale.

 

Le voyage en avion jusqu’en Alaska est assuré par l’employeur, qui le retient sur le premier salaire. Les frais de voyage aller/retour Seattle/Ketchikan (Alaska) sont remboursés aux employés qui arrivent au bout de leur contrat. Le transport de l’aéroport de Ketchikan jusqu’au bateau se fait en hydravion (mal de l’air s’abstenir). En Alaska, il n’y a presque pas de routes et les déplacements se font soit en hydravion, soit en bateau. Le bateau sur lequel j’ai travaillé était amarré à côté d’une île déserte, qui nous était accessible par une jetée en bois à marée basse. Les seuls habitants de cette île sont des aigles, des phoques et des ours bruns qui font de brèves apparitions journalières. Aussi, est-il très dangereux de s’y aventurer seul, et le manager du bateau ne se lasse pas de raconter l’histoire d’un employé disparu, dont on ne retrouva qu’une seule des deux bottes en caoutchouc...

 

Le bateau quant à lui est composé d’une grande cuisine-self, équipée de distributeurs gratuits de boissons où l’on peut déguster à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, de délicieux plats préparés par 2 cuisiniers. Il propose également des douches et des WC individuels, une salle de détente, une laverie (deux personnes sont employées pour laver, sécher et parfumer le linge de tous les employés), un bureau où l’on peut téléphoner en achetant une carte, mais attention, la carte à 40 euros dure environ 5 minutes pour la France.

 
 
 

Il y a aussi un magasin où l’on trouve de tout : cigarettes, briquets, piles, produits de toilettes, vêtements, appareils photos, timbres, barres de céréales, médicaments, montres, bibelots...

 

Mais les prix y sont très élevés. La présence d’un tel magasin s’explique par le besoin qu’ont les Américains d’exister par la consommation.

 

Concernant le logement, il s’agit de baraquements en tôle à intérieur boisé avec des lits superposés. Ils sont prévus pour loger 4/6 ou 8 personnes (non-mixtes). Et bien-sûr, toute une partie du bateau est occupée par l’usine en elle-même, plus une plate forme d’où l’on peut admirer les îlots à forte végétation et l’océan à perte de vue. Il y a près de 150 employés avec une répartition hommes/femmes très inégale, puisque nous étions 5 femmes pour 145 hommes ! Ceci dit, la politique de prévention du harcèlement sexuel est telle aux USA que cela ne pose aucun problème sérieux. Les employés sont âgés de 18 à 76 ans et sont tous là pour des raisons différentes. Il y a en général quelques étudiants, des gens qui veulent se faire un maximum d’argent en un minimum de temps et qui prennent un long congé dans leur travail habituel pour venir nous rejoindre. Il y en a même qui tentent d’échapper à la justice... Ils viennent de tous les états des USA, et il y a aussi beaucoup de Mexicains qui vivent sur le territoire américain en situation illégale. En bref, la population américaine y est très largement représentée ! Cela signifie que pour partir là-bas, un solide niveau en anglais est indispensable, car il s’agit d’une vie en vase clos. Parler espagnol est aussi un bon point, car certains clandestins Mexicains ne parlent pas un mot d’anglais. Le travail ne s’arrête jamais, l’usine tourne 24/24 heures, donc les employés sont divisés en 4 équipes : de 1h à 13h30, de 7h à 19h30, de 13h à 1h30 et de 19h à 7h30. Donc 2 équipes travaillent en même temps, pendant que les 2 autres dorment. Chaque employé a une carte de pointage, il n’y a pas de jour de repos tant qu’il y a du poisson. Il s’agit donc de 87 heures de travail par semaine. Cela explique que la nourriture et la blanchisserie ne soient pas à la charge de l’employé. Nous avons droit à 2 pauses de 10 minutes (matin et après-midi) et une pause de 30 minutes pour déjeuner. Le salaire est de US$ 6,10 de l’heure pour les 8 premières heures, et de US$ 9,15 au-delà (des heures supplémentaires peuvent être demandées soit par l’employeur, soit par l’employé). Le salaire net tourne donc autour de 3 000 euros par mois. Par conséquent, si on ne cède pas à l’attrait du magasin, c’est un bon moyen de faire des économies. Par contre, les jours où il n’y a pas de poisson ne sont pas payés. Concernant le job en lui-même, il s'agit d'un travail à la chaîne.

 
 
 
Il comporte donc plusieurs étapes :


l Une première personne éventre les poissons (qui arrivent sans cesse par de petits bateaux de pêche qui font l'aller/retour... mais sur ces bateaux là, seuls des marins qualifiés travaillent).

l Les poissons sont alors "décapités" par une autre personne.

l Ils sont ensuite vidés.

l Un autre groupe a pour charge de les dépecer.

l L'étape suivante consiste à "spooner", c'est à dire nettoyer l'intérieur du poisson à l'aide d'une sorte de cuillère dont jaillit de l'eau (c'est à ce niveau que sont regroupés le plus de travailleurs).

l Les poissons sont ensuite plongés dans deux cuves où travaillent quatre personnes afin de vérifier leur propreté et les débarrasser des dernières traces de sang.

l Après cela, deux personnes ont pour charge de classer les poissons en différentes catégories en fonction de leur état (abîmés ou pas) ainsi que de leurs couleurs (il existe au moins 5 catégories de couleurs de chair... et à ce poste il faut avoir l'oeil).

l Le groupe suivant (2 ou 3 personnes aussi) chargent les poissons ainsi conditionnés dans des cageots à multiniveaux et les font passer au groupe d'après qui travaillent à la congélation.

l Il y a également un travail en marge de la chaîne qui consiste à séparer les oeufs des boyaux afin de les envoyer dans l'usine se trouvant au sous-sol du bateau et qui s'occupe exclusivement des oeufs.

 
 

Pour conclure, sachez que le travail est intense, tout le monde voit tout le monde, 3 superviseurs surveillent constamment la chaîne et il n'y a pas une minute de répit. L'usine est très froide et très humide pour la bonne conservation du poisson et tout le monde est habillé en ciré.

 

Voilà, je ne tiens pas à «disséquer» la mentalité américaine, car je pense que chacun doit se forger sa propre opinion. Je dirais juste que j’ai été agréablement surprise par les Américains avec lesquels j’ai travaillé, même si en France nous avons une image très négative d’eux. J’en ai tiré comme leçon qu’il faut bien se garder de juger une culture et que bien souvent, ce qui manque ailleurs est compensé au centuple par d’autres qualités.

 
Pour conclure, et bien que je n’avais que 22 ans cette année là, cette expérience restera parmi l’une des plus épanouissantes de ma vie.


Annick

de Alexis Colardelle 04/09/2016
​J'ai eu la chance et l'opportunité de trouver cette offre d'emploi en Angleterre grâce au club teli, il est donc très important pour moi de témoigner quant au déroulement de mon aventure.
 
Il y a 3 mois jour pour jour je suis parti avec pour seul objectif d'améliorer mon anglais, mais aussi voyager pour la première fois seul et partir à l'aventure.
 
 
 
Apres 3 mois de travail en tant que commis de cuisine dans un centre Adventure (Brecon, Wales) je peux conclure que cette première expérience est et restera gravée.
 
Il faut oser, et foncer avant qu'il ne soit trop tard!
 
Merci au club téli et à mon employeur anglais de m'avoir laissé la chance de vivre cette aventure.
 
Alexis Colardelle
 
de Arnaud Bidaud 04/09/2016
Bonjour à tous,
 
J'ai eu la chance de partir cet été grâce au club Teli, j'ai en effet trouvé un B&B sur la petite île d'achill en Irlande.
J'aimerais donc partager mon expérience afin de vous aider dans vos futures recherches.
 
Je suis donc parti fin juin 2016 pour une période de 2 mois jusqu'à fin août. La famille dans laquelle je suis arrivé était vraiment super cool, ils m'ont mis à l'aise dès le début, et je suis rapidement devenu comme un membre de leur famille.
 
 
 
En ce qui concerne le travail, on commençait le matin par le petit déjeuner en servant les clients, puis la deuxième partie consistait au ménage des chambres afin qu'elles soit prêtent pour l'arrivée des clients l'après-midi. Puis votre après-midi est libre, généralement à partir de 14h30, vous avez juste à accueillir quelques clients quand ils arrivent, mais cela est assez sympa car ça permet de discuter avec eux.
 
D'un point de vue de l'anglais, car personnellement, c'est une des principales raisons qui m'a poussé à partir à l'étranger afin de m'améliorer, c'est vraiment le top car vous êtes dans une famille donc vous parlez vraiment tout le temps en anglais.
Au travail, et même le soir, je restais avec eux pour regarder la télé ou discuter, c'était vraiment cool et vous allez vraiment bien progresser sur l'anglais.
 
Sinon la famille est vraiment sympa, si vous travaillez bien ils n'hésiteront pas à vous emmener au restaurant le week-end ou à sortir un peu.
 
Arnaud
de Maëlle Botrel 01/09/2016
Bonjour Club Teli,
 
Je suis partie avec vous il y a environ 5 ans en tant qu' hôtesse sur un voilier de croisières aux Seychelles. Mon contrat était à l'origine pour 6 mois mais je ne suis restée que 3 mois. L'expérience a été géniale, avec ses hauts et ses bas, mais je le referais dans hésiter. 
 
 
Maëlle pendant son séjour aux Seychelles 
 
 
Je travaille depuis une dizaine d'années en faisant les saisons touristiques à l'étranger et je dois dire que votre bouquin des adresses des employeurs a l'étranger est vraiment bien.
 
Je suis actuellement au canada en train de faire la saison.
 
Je m’appelle Maëlle, j’ai 27 ans et j’ai commencé à voyager il y a environ 9 ans.
 
 
 
Comme beaucoup de jeunes qui sortent du lycée, je n’avais aucune idée de quoi faire de ma vie et pour passer le temps je me suis donc inscrite à l’université de sociologie de Bordeaux. Pendant 1 an et demi je me perds, je sors, fais la fête, dépense et pour finir je rate mes examens. Mon père, excédé, me force à faire un choix: je me débrouille seule ou je pars apprendre l’anglais en tant que jeune fille au pair. Bien évidemment je décide de partir et me voilà donc le mois suivant en Irlande, dans une famille avec 2 enfants, pour 4 mois.
 
 
 
A la fin de mon contrat d’au pair je suis donc restée en Irlande et j’ai trouvé mon premier job. Ma vie nomade a ainsi commencé.
 
Travailler en voyageant implique souvent des boulots qui sont plus ou moins attirants. Pour améliorer ce point j’ai donc fait des études dans le tourisme ainsi que dans l’enseignement du Français Langue Etrangère. Je ne vous cache pas cependant que les boulots les plus courants et les plus faciles à avoir restent dans l’hôtellerie. Mais en prenant plus de temps pour chercher il est tout à fait possible de trouver des jobs plus motivants 
 
 
 
Mes destinations :
 
•Canada
•Crête
•France
•Islande
•Suède
 
 
 
Merci et bonne journée
 
Maelle Botrel
 
 
Maelle nous présente son van non sans humour avec lequel elle a voyagé au Canada : 
de Geoffrey 24/08/2016
Bonsoir,
 
 
J'ai tout juste terminé 1 mois et demi de travail saisonnier trouvé grâce au Club Teli à Nicotera, en Calabre (Italie), endroit que j'ai rejoint en moto et dont je suis parti avant hier.
 
 
Du voyage jusqu'au travail, tout a été une expérience tant extraordinaire qu'inattendue. 
 
Je fais actuellement étape à Terracina chez quelqu'un que j'ai rencontré là bas.
 
 
Cordialement,
 
Geoffrey 
 
 
 
Nicotera
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
de Benjamin 23/08/2016
Je suis intéressé pour partager mon voyage et ainsi ravi de rendre ce service au Club Teli.
 
Grâce à vous, je suis parti en Irlande du 29 juin au 30 juillet.
 
Je suis étudiant en école d’ingénieur à Toulouse (INSA) et je souhaitais vivre ma première expérience à l’étranger par le biais d’un stage ou d’un job. Je ciblais particulièrement l’Irlande. En effet, j’ai eu la chance de pouvoir m’y rendre l’an dernier avec ma famille et je souhaitais y revenir, tellement les paysages étaient magnifiques et les irlandais chaleureux. 
 
 
 
Ainsi, j’étais bénévole dans un centre de sauvegarde des phoques. J’ai trouvé cette offre sur votre site. Il s’agissait d’un job. J’étais guide touristique et j’ai aussi eu la chance de pouvoir soigner les phoques durant quelques jours. 
 
J’ai vécu une superbe expérience aussi originale qu'enrichissante dans un pays magnifique grâce à des gens extraordinaires venus de partout dans le monde (Etats-Unis, Canada, Mexique, Irlande, Espagne, Royaume-Uni, Pologne, Suisse). 
 
Je dispose d’une quinzaine de photos. Il est possible que je m’en procure d’autres auprès d’une amie américaine qui disposait d’une caméra.
 
Je peux bien sûr vous faire parvenir les photos.
 
Je reste à votre entière disposition pour tout autre renseignement.
 
Cordialement.
 
Benjamin
19100 Brive-la-Gaillarde
 
 
Photo de notre groupe:
 
de Emmanuel Loho 23/08/2016
Bonjour, 
 
Actuellement étudiant en Master en alternance , je suis parti avec le Club Teli en stage  à Malte pendant 3 mois en 2015 de Mars à Juin.
 
Après mon inscription sur le site, j'ai trouvé mon stage en deux semaines ! 
 
Je suis disponible pour témoigner, sur votre site ou pour d'autres émissions ou radios.
 
45 € pour 3 mois de stage du jamais vu ! les stagiaires sur place ne me croyaient pas.
 
Ps: d'ailleurs je vais renouveler mon inscription pour partir fin 2017.
 
 
 
 
 
 
 
Cordialement, 
 
Emmanuel 
de Florian VALLET 20/08/2016
J'ai postulé à l'annonce parue au Club Teli sur la base de rafting en Autriche.
 
C'est vraiment top ! Tu arrives dans un coin que tu ne connais pas et tu es logé ! Le pied !
 
"Tu passes ta journée au bord de l'eau à prendre des photos ! " 
 
L'hébergement (situé à Matrei in Osttirol) est top, il s'agit d'un hôtel (peu fréquenté l'été). Tu as 20 km en voiture entre Matrei et Ainet (la base de raft) mais chaque membre de l'équipe loge dans la même chambre donc à tour de rôle on change de voiture.
 
J'étais avec un Tchèque, un Anglais et un Croate ! Maintenant nous avons gardé le contact et on va se rendre visite dans les pays respectifs.
 
 
 
Hans, le patron est vraiment généreux sur le remboursement des frais et l'avancement des frais. Nous avons construit une cuisine au camp donc tu peux cuisiner comme à la maison. Si tu aimes la montagne, l'eau, les gens alors postule !!
 
Je suis arrivé le 27 juin et repars dimanche 21 août ! Mais tu peux rester entre Mai et Septembre ! Le travail est sympa, tu passes ta journée au bord de l'eau à prendre des photos ! Généralement tu fais 9h-18h45, 3 descentes de raft sont prévues chaque jour (10h30, 12h30 et 15h30).
 
Florian 
de Gabriel Vigot 18/08/2016
Bonjour Club Teli,
Suite à votre demande je vous envoie mon témoignage de mes voyages de cette année avec l'aide de votre association.
 
J'ai effectué un stage en Italie et un job d'été en Grèce comme animateur puis comme assistant serveur. Dans mes activités, j'ai pu m'exécuter comme technicien du son et pianiste. Sur le total, j'ai pu voyager pendant 2 mois et demi dans deux pays différents. Je suis resté dans le cadre de l'union européenne.  
 
J'espère que mon histoire pourra vous intéresser. 
de Megane LUCAS 29/01/2016
Je suis ravie de partager mes expériences. 
 
Je suis partie les deux derniers étés grâce au club Teli d'abord à Malte, puis en Autriche.
 
Respectivement en école de langue et en centre de rafting.
 
Ma première expérience a été chargée en émotions puisqu'il s'agissait de mon premier départ seule à l'étranger. Je suis partie plus de deux mois. Ce séjour a été d'une richesse incroyable puisqu'il m'a permis de maîtriser l'anglais, de maîtriser le travail en bureau et le travail d'équipe avec dans une organisation différente de celle que je connaissais en France. Mais surtout, je suis depuis convaincue que je suis une voyageuse dans l'âme. La confrontation avec la culture étrangère et les nombreuses amitiés que j'ai noué continuent aujourd'hui d'influencer mon quotidien.
 
Cette superbe experience m'a encouragé a poursuivre mes péripéties. J'ai donc décidée de partir en Autriche pour une expérience bien différente ! Perdue au milieu du Tirol Oriental j'ai travaillé pour un centre de rafting dans un cadre naturel merveilleux, j'étais chargée d'accueillir les clients, de les prendre en charge jusqu'aux points de rdv puis de réaliser toutes les photos dr l'activité. Ce travail était vraiment polyvalent et m'a permis de me surpasser. Le cadre montagnard, la langue autrichienne et les traditions fortement ancrées ont été de réels plaisirs à découvrir. Mais surtout, cette deuxième expérience a été elle aussi une très belle occasion de m'ouvrir l'esprit et de casser le rythme stressant des études et des stages à répétition.
 
Vous trouverez ci-joint les photos de mes séjours là bas.
 
En vous souhaitant une bonne journée, 
 
Cordialement,
 
Megane LUCAS. 
    
de  20/01/2016
Je m'appelle Mélody, j'ai 21 ans et je suis partie au Québec durant trois mois pendant l'été 2015.
 
Je voulais partir seule et vivre une expérience à l'étranger, rémunérée ou non. Je n'avais pas d'idée particulière sur la destination, et j'avais entendu parler de l'association TELI par une amie, c'est ainsi que je m'y suis inscrite.
 
J'ai envoyé des dizaines de mails dans le monde entier, j'ai bien sûr eu beaucoup de retours négatifs mais quelques uns positifs. J'ai passé des entretiens par skype, en anglais, et finalement, au moment où je n'y croyais plus trop j'ai été contacté par une ferme accueillant des enfants pour des camps d'été au Québec.
 
Deux jours après l'entretien j'achetais mon billet d'avion. J'y suis resté 7 semaines, comme monitrice, bénévolement, puis j'ai profité des deux dernières semaines pour visiter un peu le pays et New-York.
 
Cela a été une expérience très enrichissante, sur le plan humain comme je le souhaitais, mais aussi sur le plan personnel car on se retrouve seul pendant quelques temps, loin de ses proches.
 
J'en garde d'excellents souvenirs.  
 
 
Mélody
 
de Cloé 19/01/2016
Bonjour,
 
Il y a six ans et demi j’ai décidé, en guise de bonne résolution, de travailler à l’étranger pendant l’été.
 
J’avais 20 ans et n’étais jamais partie seule si ce n’est en échange en Angleterre dans une famille : l’aventure donc !
 
J’ai donc préparé des CV et lettre de motivation en Anglais et en Français pour envoyer mes candidatures. En recherchant des informations j’ai découvert le Club Teli auquel je me suis inscrite pour avoir de l’aide dans mes recherches, ce que j’ai trouvé grâce au forum.
 
J’ai bien vite eu des contacts et trois propositions m’ont été faites : animer un club de vacances en Grèce, travailler dans un hotel au Canada et assurer l’accueil des touristes pour une entreprise de location de villas en Espagne.
 
J’ai choisi cette dernière option et suis partie pour les 3 premiers mois de ma vie seule à l’étranger.
 
Ce fut formidable, épuisant et terrifiant mais absolument génial. Partager une maison pendant trois mois avec 8 néerlandais, travailler avec des espagnols, des anglais, des roumains, des péruviens fut non seulement enrichissant mais a aussi changé ma vie, m’a fait progresser en anglais et m’a donné - encore plus - l’envie de partir.
 
Deux ans après je suis partie au Brésil pour 6 mois d’échange universitaire et je m’apprête aujourd’hui à partir pour 4 mois au Malawi ! 
 
Cloé 
de Natasha Brunet 13/01/2016
C'est grâce au club Teli que j'ai pu trouver ce job de rêve en Ecosse, sur les rives du Loch Ness en tant que serveuse/barman dans le restaurant du Loch Ness Lodge Hotel.
Les conditions de travail et d'hébergement n'étaient pas des meilleures (faut pas trop en demander non plus, c'est un job d'été), mais les salaires étaient honnêtes et le cadre idéal pour une aventurière comme moi qui aime chausser ses chaussures de marche et partir découvrir du pays, tout en améliorant considérablement mon niveau d'anglais !
 
Sur le plan humain, c'est extrêmement enrichissant.
 
Je garde contacte avec mes amis écossais, italiens, gallois et compte bien retourner un jour dans ce très beau pays qu'est l'Ecosse !
 
Natasha 
 
 
 
de Elodie 05/01/2016
Bonjour Club Téli ! 
 
Ancienne membre de votre association c'est notamment grâce à vous que je réussis maintenant à l'étranger. Me voici agent immobilier à Londres. Ainsi je souhaite partager avec vous cette annonce qui résume mes services offerts: 
Je dispose de plusieurs chambres à bas prix en Zone 2 et 3.Elles sont situées dans le secteur NW: Camden, Kilburn, Willesden Green… 
Toutes les chambres sont idéalement situées à proximité des transports notamment du métro JUBILEE LINE, la ligne la plus rapide, vous offrant la possibilité de vous rendre aux 4 coins de Londres 
 
***Comment ça marche? 
1 - Me contacter environ 1 à 2 semaines avant votre départ pour une réservation. 
2 - M’indiquer votre budget ainsi que la date exacte d’arrivée. 
Fourchette de prix - (Les prix sont en fonction des disponibilités) 
90-150pw: Chambre simple 
180-230pw: Chambre double - 2 personnes : Amis ou couple bienvenus. 
3 - Convenir d’un rendez vous pour une visite Skype ou réelle si vous êtes déjà sur place.*Selon les disponibilités,je peux vous montrer plusieurs chambres afin que vous choisissiez celle que vous préférez. 
4 - Accompagnement à votre nouveau logement le jour de votre arrivée! 
...
 
A suivre sur la zone membres. 
de Magali Herrou 22/12/2015
Bonjour à tous,
 
Un petit mail simplement pour vous dire que grâce au Club Teli, je suis partie 6 mois en stage au Chili puis 3 mois en Afrique du Sud donc un grand merci pour votre aide et votre travail.
 
Juste une petite précision concernant l'offre que vous aviez publié pour l'Afrique du sud (Kuilfontein). Il s'agit de travailler dans une ferme/ guesthouse au milieu du désert donc il ne faut vraiment pas avoir peur de l'isolement (la ville la plus proche est à 30 minutes de voiture). Repas et Logement offert en échange de quelques travaux (à la ferme ou dans la guesthouse selon les préférences). Il n'y a pas de rémunération mais il est possible d'avoir quelques pourboires. Les propriétaires recherchent des personnes toute l'année.
 
Dépaysement garanti!
 
Voila merci encore et bonne continuation,
 
Magali
 
 
 Dégustation de bière artisanale dans un petit village d'Afrique du Sud
de Lea GAUTIER 02/11/2015
Bonjour,
 
Eté 2015 marque le grand saut. Départ pour 7 semaines en Irlande chez une famille nombreuse qui possède d'autant plus de chevaux et qui vit à moins d'1h de Dublin !
 
L'envie de partir était réelle depuis plusieurs mois, mais le projet n'aboutissant pas s'est finalement concrétisé avec la découverte du club TELI en Avril. Je saute le pas et prends mon adhésion, après quelques recherches je tombe simplement sur l'annonce d'une agence qui recherche des jeunes filles au pair et groom pour l'été.
 
Je fais la rencontre de Mrs Kidd par mail, femme honnête et tellement disponible pour moi et mes attentes.
Selon ses conseils et mes attentes, je choisis une famille qui m'accorde plus de temps avec les chevaux que les enfants. La décision est rapide, je prends mon billet 3 jours seulement avant le départ et je me lance!
 
 
 
Me voilà plongé dans une famille nombreuse, active. Les enfants sont plus âgés que moi si ce n'est la dernière qui a eu 14 ans. L'un d'eux est un jeune adulte autiste et se fut une merveilleuse rencontre, débordant d'énergie et d'amour. On m'a choyé et gâtée (beaucoup trop). Mes journées auraient pu être mieux organisées, mais j'ai fini par élaborer ma propre routine. Nourrir les chevaux (environs 12), nettoyer les 6 boxs, apporter de l'eau. Re nourrir. Apporter les soins. Puis les temps de monte étaient géniaux. De jeunes connemaras à ma charge, déjà à l'écoute et sérieux dans leur travail. Si généreux. Ils m'ont tant appris et j'ai même un soupçon d'espoir de les avoir fait évolués de leur côté également.
 
 
 
Mon niveau d'anglais a gagné en spontanéité en fluidité, en richesse. Je me suis vite aperçu qu'il devenait facile de comprendre et de communiquer en dépassant les préjugés. J'ai eu l'occasion de faire beaucoup de visites lors de mes temps libres. J'ai rencontré une famille intéressante même s'il ne faut pas se mentir en 7 semaines, la cohabitation n'est pas toujours évidente.
 
Sans regret, ce fut fabuleux et instructif. Ce ne fut pas un voyage sac à dos et aventure, mais ce fut un premier pas, une très bonne façon d'assouvir mes envies d'ailleurs, de perfectionner mon anglais, de vivre une aventure humaine et de vivre ma passion au quotidien.
 
Merci le Club TELI sans qui je n'aurai jamais pu voir cette annonce, me lancer et m'appuyer de tous ces témoignages, conseils et bons plans. A refaire sans hésitation ! Ma sœur part faire le tour du monde et risque de bientôt adhérer elle aussi .... ;D "
 
Quoi de mieux de profiter de l'été qui se termine pour faire le point et regarder cette belle aventure déjà derrière moi. Un niveau d'anglais qui s’accroît, une spontanéité qui se gagne. Des moments forts, des relations qui se tissent. Des chevaux tous plus incroyables les uns que les autres, et des rêves en tête toujours aussi grands. Le coup de coeur aussi surprenant soit-il pour une capitael à échelle humaine, accessible, paisible et riche d'histoire. Etre de plus en plus certaine de ses valeurs, de ses envies et de ses rêves.
 
 
 
C'était du travail, du plaisir, du loisir. Beaucoup d'émerveillement au quotidien. Des rencontres, des discussions, des excursions. Et dire que je n'aimais pourtant pas le vert en couleur ... en paysage, c'est toute une autre histoire, il est tout simplement époustouflant, envoûtant parfois et surtout omniprésent.
 
Cet écrins de verdure, de nature. Il est certain qu'il faut que j'y remette les pieds, la côte ouest me tend beaucoup trop les bras. Mais cette fois, je le jure, ce sera avec le sac à dos sous le bras !! "
 
 
 
 
 
 
Léa 
de Simon 16/10/2015

J'ai donc démarré mes recherches en avril 2014. Après un voyage d'une année en Nouvelle Zelande et fraîchement rentré en France, il me fallait trouver un travail pour l'été pour renflouer les caisses et poursuivre mes aventures. Seul petit hic, ma copine est allemande, mon pauvre vocabulaire ne me permet pas de travailler là bas, même chose pour elle ici, nous avons donc décidé de nous mettre en quête d'un pays pouvant nous acceuillir pour l'été dans la langue de Shakespeare.


Après quelques jours de recherches infructueuses sur internet, je me rappelle que j'avais souscrit au Club Teli en 2013 avant mon voyage pour la Nouvelle Zelande et que le site fourmillait de petites annonces. Je renouvelle donc mon inscription et me mets en quête d'un job d'été pour deux. Bonne intuition car le forum proposait plusieurs offres pour des couples et notre choix s'est porté sur l'Ecosse.


 
 

En très peu de temps, nous obtenons des réponses par ci par là, les mails sont fiables et pour peu qu'on prenne le temps d'envoyer des cv avec un petit mot, les employeurs se montrent intéressés. Notre bagage de petits boulots doit aussi jouer en notre faveur !

Nous avons été recontacté par un "Holiday Camp", sorte de camping pour tentes, camping-car, mais proposant aussi des mobil-home ou des bungalows à louer. On nous propose deux postes logés, sans loyer on se dit qu'on pourra économiser un peu !


Le job n'est pas clairement défini. John, le responsable, après un entretien téléphonique m'explique qu'il y a une réception, un restaurant, un mini magasin et plein de petits postes à pourvoir suivant ce qui nous correspond mais qu'il nous verrait bien s'occuper de la friterie qui siège à côté de l'entrée du camp. Originaire de la région de Lille, à deux pas de la Belgique, les friteries ça me connais ! Je me dis que c'est fait pour nous ! De plus, on aime cuisiner et le contact, les images sur le net de la région sont magnifiques, je demande donc une petite lettre comme promesse d'embauche histoire de pouvoir acheter les billets d'avion sans craintes et nous voilà partis courant mai pour l'Ecosse.


Après un détour par Edimburgh chez notre amie qui n'en revient pas de nous revoir dans son pays, nous arrivons donc à Fort Williams, petite bourgade facile d'accès par le train ou le bus. Premières impressions, c'est encore plus beau que ce qu'on imaginait, on peut sentir des relans de paysages montagneux de Nouvelle Zelande, le cadre est magnifique. Arrivée dans le camp, nous apprenons que nous sommes au pied du Ben Navis, le pus haut sommet d'Angleterre, la vue est superbe, nous faisons la rencontre en chair et en os de John, l'homme que j'ai eu au téléphone, il est extrêmement sympathique et nous fait visiter le camp, il nous présente à tout le monde puis nous dirige vers notre logement, un mobilhome tout neuf avec chambre, douche et cuisine, de délicieux biscuits nous attendent même sur la table. Il est très arrangeant et nous explique que la saison commence à peine, on aura quelques jours pour s'acclimater puis on commencera le job.

 
 
 

Je suis assez impressionné que tout se passe si bien, les gens on l'air d'une simplicité et d'une gentillesse incroyable, extrêmement conciliants, tout est fait pour qu'on se sente bien, une voiture est même à notre disposition à toute heure si on a besoin de la moindre chose ! Je me dis qu'il doit y avoir un truc qui cloche quelque part.. Et bien pas du tout ! Le cuisto en chef du restaurant, Steeve, nous montre le fonctionnement de la friterie, un genre de grosse caravane aménagée pour l'occasion (avec vue sur la montagne !) Le boulot n'est pas complexe, dit il, mais c'est fatigant. Burger, Fish'n chips, Frites, sont au menu ! Nous voilà donc en charge de la bête pour quelques mois. Nous avons pris en main l'affaire assez vite, le gérant du camp était très réactif et toujours à notre écoute pour nos moindres besoins et après une saison entière jusqu'en septembre (plus quelques prolongations pour visiter le pays) j'en tire un très joli souvenir, de superbes rencontres, un job fatigant mais très intéressant grâce auquel nous avons eu la chance de rencontrer beaucoup de locaux et de s'immerger dans la culture écossaise.

 

Nous sommes rentrés avec plein de belles choses en tête, un peu d'argent, du whisky :) et une invitation à revenir l'année prochaine si le coeur nous en dit.

 

Globalement un retour très positif donc, j'invite chaque personne à tenter une expérience similaire si vous en avez l'occasion. Jolis souvenirs garantis !


Merci pour le coup de pouce du Club Teli.


Simon Demaret

de Melanie 16/10/2015

Voilà je suis partie en Grèce en juin 2014 et ça été pour moi la plus grande expérience de ma vie. Je suis partie en tant qu'animatrice sous un soleil si je puis dire parfait !

 
Malheureusement au départ mon anglais était basique donc pendant un mois mon cerveau n'en pouvait plus, il y avait toute sorte de langue (russe, polonais, anglais, grec etc...) ça été mon gros point faible, donc parfois le petit coup de blues était là mais il ne faut jamais lâcher au contraire, dialoguer au maximum même avec des gens que l'on connaît pas... Après, quand j'ai pris tous mes repères que ce soit avec mon équipe, l'environnement ainsi que la langue c'était juste formidable ! On faisait des spectacles le soir, on animait toute la journée c'était vraiment bien. Nos jours de repos on allait faire des promenades partout sur l'île, on a visité le max de choses et les Grecs sont vraiment sympa et accueillants. J'ai gardé contact avec des amis là bas et sans le Club Téli, je n'aurais jamais vécu ça. 



 

Des expériences comme ça, on en vit pas tous les jours et maintenant j'ai la maladie des voyages ! Je compte repartir via le Club Téli, car pour moi ça été le meilleur organisme proposé. On murit, on grandit énormément car on apprend à se débrouiller seule mais au bout du compte on est jamais vraiment seule, c'est ça qui est formidable !

 
 
 
 
J'ai beaucoup appris du métier également, de la culture, des personnes. Merci à vous Club Téli, je vous suis reconnaissante de m'avoir apporté ce bonheur aujourd'hui! A quand le prochain voyage maintenant ?


Mélanie Despagnet


de Elise 16/10/2015

Je m'intéresse depuis longtemps à l'histoire de l'art, j'aime visiter des musées, j'ai également travaillé l'été en musée, comme caissière ou surveillante de salle.

 
"Ce stage est pour moi !"
 

J'aime également beaucoup l'Italie, je suis partie en Erasmus à Rome l'année 2009/2010 après quoi j'ai eu vraiment envie de revenir en Italie pour un job, un stage, pas nécessairement à Rome d'ailleurs. Alors quand j'ai eu connaissance par le club TELI du programme de stage de ce musée à Venise, je me suis dit « c'est pour moi ! »

 

Leur site internet explique en détails la procédure à suivre pour postuler, il ne faut pas nécessairement parler couramment italien mais c'est mieux d'être capable de communiquer un minimum ou être motivé pour apprendre ! L'anglais par contre est indispensable car c'est en fait la langue principale utilisée pour ce stage. Pour postuler il faut remplir un formulaire, envoyer CV, lettre de motivation et deux lettres de références, l'une académique, l'autre professionnelle, je sollicite donc un enseignant et le musée où j'ai travaillé, ils acceptent.

 
Première étape franchie, je vais donc pouvoir envoyer ma candidature, il ne me reste plus qu'à attendre, les réponses seront données un peu plus de deux mois plus tard, après étude de toutes les candidatures.
 
 Ma candidature est acceptée pour un stage de trois mois ! 
 
Je reçois finalement une réponse positive à la mi-février, ma candidature est acceptée pour un stage de trois mois !!! Ce sera d'avril à juin. Début mars le coordinateur des stagiaires nous envoie (aux nouveaux arrivants du mois d'avril) une liste d'appartements à louer avec les coordonnées des propriétaires qui ont l'habitude de traiter avec les stagiaires du musée. Il nous transmet également la liste de nos adresses email pour que l'on puisse s'arranger pour d'éventuelles colocations. Nous sommes dix à débuter en avril, je m'organise avec deux autres stagiaires pour partager un appartement, les photos sont magnifiques.
 
Le musée nous paie 750 euros par mois 
 

Cela se confirme à mon arrivée sur place, il est beau et spacieux, nous sommes bien installées. J'ai eu la chance de pouvoir sous-louer mon studio de Paris pendant la période du stage ce qui m'a permis de ne pas perdre d'argent, par ailleurs le musée nous paie 750 euros par mois, je ne vais donc pas mettre d'argent de côté mais je peux couvrir une bonne partie de mes frais.

 
L
'ambiance est sympa et le musée est magnifique. 
 

Nous avons notre journée d'accueil le 31 mars il a donc fallu arriver le 30 mais les précédents occupants libèrent l'appartement pour le 1er avril, comme il y a des lits d'appoint, canapé etc., nous pouvons arriver directement là-bas plutôt que de passer deux jours à l'hôtel.

 

Le soir de mon arrivée il y a une fête à l'appartement : les trois stagiaires qui y habitaient précédemment ont invité tout le monde : stagiaires sur le départ mais aussi d'autres qui restent encore un mois ou deux. C'est une bonne façon d'entrer dans l'ambiance, tout le monde est sympa et... parle anglais. Ce que je savais mais se retrouver plongée en milieu anglophone, certains étant natifs, d'autres non, c'est pas évident. Dimanche, après une courte nuit c'est notre journée d'accueil : nos responsables, qui sont d'anciens stagiaires, nous expliquent comment se déroule le stage: notre travail au musée, nos jours de repos et les excursions organisées pour nous deux fois par mois. On a même le droit à un petit mot du directeur. La semaine suivante commencent les choses sérieuses. Le matin, on arrive à 9h30 pour préparer le musée qui ouvre à 10h puis chacun son poste : surveillance des salles, vestiaire, vente et contrôle des tickets, ce n'est pas hyper amusant mais l'ambiance est sympa et le musée est magnifique.

 
 
 

On a trois jours de repos par semaine donc on peut aussi profiter de Venise : musées, balades, cafés, sorties nocturnes. Il y a une très bonne ambiance au sein du groupe et nous passons beaucoup de temps ensemble, des liens d'amitié se créent. Il faut aussi prévoir un peu de temps pour préparer nos visites : chaque jour le musée propose gratuitement au public de rapides présentations d'oeuvres du musée, de courants artistiques, des expositions temporaires. Ce sont donc les stagiaires qui s'en chargent, chacun ayant environ quatre ou cinq présentations à faire par mois. Le premier pour moi sera un « 10 minutes Talk » sur un tableau de Kandinsky. Comme il y a beaucoup de Français à Venise je peux faire ma présentation en français ce qui facilite les choses ! Je suis un peu stressée mais je m'en sors, les suivants seront plus faciles. Nous sommes également amenés parfois à faire des visites guidées d'environ une heure pour des groupes ayant réservé en avance, on commence à partir du deuxième mois, histoire de se familiariser d'abord avec le musée et ses collections. J'ai vraiment aimé cet aspect du stage, c'est toujours très enrichissant de faire ces visites. Il ne m'a finalement pas fallu très longtemps pour me familiariser avec le musée et Venise. Je finis par vraiment me sentir chez moi là-bas et c'est avec une certaine nostalgie que je rentre chez moi début juillet. 


Une chose est sure : j'y retournerai ! 
 

J'ai vécu une expérience inoubliable dans une ville sublime, rencontré des gens formidables et beaucoup appris à tous les niveaux, le temps est passé vite, il me reste beaucoup de choses à découvrir à Venise alors une chose est sure : j'y retournerai !


Élise Rollinger

 
de Ludivine et Antoine 16/10/2015

Vive la Nouvelle Zélande !


Bonjour,

 

Tout d'abord, merci ! Merci de nous avoir permis d'être actuellement en Nouvelle- Zélande.


En effet, nous travaillons dans une exploitation de pommes et de kiwis se situant à Riwaka. Nous sommes arrivés là-bas le 14 février et tout se passe très bien. Nous sommes logés en échange d'un loyer (14 dollars par personne). Le lieu est fantastique puisque qu'il est entouré de deux parcs nationaux (Abel Tasman et Kahurangi) et la mer est à deux pas de là, ce qui nous permet de faire de belles balades pendant nos jours de repos !


 
 

Nous tenons vraiment à remercier le Club Teli, car il a suffit d'un mail avec le propriétaire pour que nous soyons admis à travailler, ce qui est rarissime en France de nos jours... Ça a été d'ailleurs l'une des raisons pour laquelle nous nous sommes inscrits dans votre association. Nous comptons rester en Nouvelle-Zélande, le temps de la cueillette des pommes (30 avril) et peut-être même pour le packing des kiwis, et ensuite partir à la découverte du reste de ce merveilleux pays en van !

Nous nous trouvons à 7 km de Motueka, une ville de 7000 habitants. Pour cette raison, nous avons acheté une voiture, ce qui est vraiment très simple en terme de démarche et les prix sont très abordables. Nous pensons que c'est indispensable pour pouvoir facilement vadrouiller: les horaires des quelques bus qui passent sont bien trop aléatoires et espacés.

Le travail se passe bien, même s'il est relativement éprouvant et qu'il faut pouvoir assurer le rendement minimum qui est de 6 bennes par jour à deux. Cependant, avec l'entraînement et l'habitude, on y parvient facilement ! De plus, travailler dans un pareil environnement vous fait oublier sa pénibilité...

 
 
 

Nous encourageons toutes les personnes qui ont une soif de découverte du monde d'agir comme nous l'avons fait, vous ne le regretterez pas !


Vive le Club Teli !


Ludivine & Antoine

1234