Accueiltemoignage
100-100
On envoie votre CV

Livre d'or

Mon stage en Alaska
de  07/08/2015 12:54:55
En 2012, je suis partie en stage pour deux mois aux Etats-Unis, en Alaska plus précisément. L’Alaska, c’est cet état détaché du reste du pays, collé au Canada et situé très, très au Nord. 
 
Mon stage consistait en un travail d’assistante de recherche à l’université de Fairbanks, dans le domaine de l’archéologie. Il s’agissait pour moi de participer à tous les niveaux de traitement des objets archéologiques, sortis du sol l’année précédente. Les objets étant congelés, leur traitement (décongélation lente, séchage, conservation) prenait des semaines. Des semaines pendant lesquelles j’ai vu passer devant mes yeux des objets en bois incroyables, extrêmement bien conservés et portant encore la trace de l’utilisation humaine des siècles plus tôt…
 
« tu verras, l’Alaska, on aime ou on déteste » 
 
En dehors de l’impact émotionnel de ce stage, cette expérience fut révélatrice. Je ne connaissais pas du tout les lieux, je n’avais jamais passé autant de temps à l’étranger, surtout dans un milieu aussi particulier. On m’avait dit avant de partir, « tu verras, l’Alaska, on aime ou on déteste ». Autant dire qu’après deux mois, je ne voulais plus rentrer. Le climat, le soleil de minuit, les premières aurores boréales furtives aperçues début septembre, la luxuriance de la nature estivale, les lacs, les parcs nationaux, les gens rencontrés… L’été ne dure pas longtemps, mais il donne tout ce qu’il a !
 
« J’aime votre motivation. Parlons-nous au téléphone.». 
 
J’ai trouvé ce stage d’une manière un peu particulière : au culot. On m’avait parlé d’un chercheur travaillant en Alaska, et après des études d’archéologie je me suis dit que je n’avais rien à perdre à le contacter. J’ai donc envoyé un email, demandant si cette personne avait besoin d’aide dans ses recherches, sans réponse. Puis un deuxième email de relance. Et un troisième. J’ai alors reçu une réponse très concise, « J’aime votre motivation. Parlons-nous au téléphone.».
 
Deux mois plus tard, j’étais dans l’avion pour Fairbanks, à l’autre bout du monde. Cette expérience montre bien que parfois, lorsqu’on a la chance de tomber sur la bonne personne au bon moment, il peut en ressortir des choses fabuleuses si l’on saute sur l’occasion. Et bien sûr, ne pas hésiter à relancer poliment… certains contacts ne sont pas des « recruteurs » et n’ont pas forcément le temps de traiter des candidatures, d’où l’importance des relances.
 
J’attends avec impatience de retourner en Alaska voir le reste du territoire, en tant que touriste ou professionnelle, et je souhaite à toutes personnes attirées par les régions polaires d’aller y passer du temps !
 
Sophie